Pour la mise au point du premier avion navalisé de Dassault Aviation, six prototypes seront nécessaires. Au cours de l’histoire, seuls quatre de ses prototypes seront conservés.
etendard

Le prototype 04 de l'Etendard IVM à explosé sur le parking du CEV lors d’un remplissage oxygène. Coupé en deux juste derrière le poste pilote, l’Etendard était bien entendu impropre au vol.

Il sera d'abord transformé pour servir aux essais du siège éjectable Martin Baker Mk4 (CM4A).

Par la suite, il sera adapté par la société LMT (maintenant Thales) pour lui donner la fonction de simulateur. Son concept est très novateur pour l’époque. Par exemple, afin de créer un visuel réaliste, une caméra mobile était asservie au manche du pilote et filmait une maquette de porte-avion présente plus loin, dans la remorque du simulateur. Cette video était projetée sur un écran devant le pilote lors de la phase d’appontage pour simuler un « visuel » du pont. Ce système servira à former des générations de pilotes durant une trentaine d’années.

Pour ma part, tout a commencé en février 2005. Un ferrailleur proche de Landivisiau me parle d’un avion dans une remorque de camion…. En réalité, il avait acheté une remorque de 38t réformée par l’Aéronavale et à découvert dedans un cockpit d’avion. Il s’agissait du simulateur Etendard IVM de la Marine.

Emballez, c’est pesé.

Une fois la remorque découpée et son précieux trésor extrait me voilà l’heureux propriétaire du premier simulateur de l’Aéronavale dans son jus…

Hélas, entre le jour ou j’ai découvert le cockpit et le jour ou je suis venu le chercher, des pilleurs étaient passés, et du simu quasi fonctionnel, il ne restait plus grand-chose. La plupart des instruments avaient été arrachés, ainsi que les plaques d’habillage du cockpit (enjoliveurs). Retrouver les éléments sera un défi.

Belle promenade sur la voie expresse Brest-Quimper avec le cockpit sur une remorque, à l’arrière du 4x4 d’Olivier M. célèbre pilote de Super Frelon et gros succès avec les automobilistes.

Au boulot…

Une fois rapatrié en pays civilisé (Quimper) et aidé par une petite bande d’amis et quelques neveux, la rénovation commencera par du nettoyage puis du décapage des multiples couches de peinture appliquées à la « Royale ». Les nombreux chocs subis par le cockpit et l’usure naturelle de celui-ci ne permettaient pas un simple rafraîchissement de peinture.

 

Je fais donc le choix d’enlever ces couches de peintures abîmées, pour remettre le cockpit « style proto ».

En démontant le siège éjectable « Martin Baker » Mk4, je découvre une gravure étrange… "E IVM 210 002"

Est-ce le proto N°02 ???? Je l'ai longtemps cru.... avant d'avoir la quasi certitude qu'il s'agissait bien du 04, grâce, entre autre à l’aide du célèbre pilote Jean-Marie Gall.



J’ai contacté des associations de toute la France pour chercher un « nez » de IVM pour lui remettre son attribut cyranesque perdu lors de son intégration dans la remorque… Impossible, personne ne peut fournir cette pièce jusqu’en décembre 2013, ou a quelques kilomètre de là, l’association des poissons volants (Plobannalec) me parle d’une pointe avant dont ils ne font rien…. car leur Etendard, superbe, est déjà complet.

C’est reparti pour le ponçage…. Entre temps, mon fils Clément a atteint l’âge de tenir une ponceuse et me fournir une aide précieuse. A 8 ans, c'est à ce jour le plus jeune contributeur de ce projet.

Début 2016, la restauration « physique » est quasi terminée. Quelques instruments manquent sur la planche de bord (l’altimètre et le répétiteur roulis-tangage (boule)), le viseur type 92  au dessus, et quelques éléments sur les banquettes droites et gauches (UHF et sa commande sur le bandeau à droite et la commande engin à gauche).

Sur le fuselage, deux trappes de visites sont manquantes, le reste est identique à ce qu’il était lorsqu’il fonctionnait.

 

Depuis, nous avons décidé de créer une association qui a pour but de faire découvrir au grand publique l'aéronautique grâce à ce simulateur, qui sera l'une des pièces d'une exposition itinérante.